Chercher

Sportif sponsorisé par Schöck. Un ingénieur à la Red Bull X-Alps.

5_Newsseite_Red_Bull_X_Alps_Sponsoring_AT_470x260px_RGB_130492
Photo: Red Bull
1_Newsseite_Red_Bull_X_Alps_Sponsoring_AT_470x260px_RGB_130492
Photo: Red Bull
2_Newsseite_Red_Bull_X_Alps_Sponsoring_AT_470x260px_RGB_130492
Photo: Red Bull
3_Newsseite_Red_Bull_X_Alps_Sponsoring_AT_470x260px_RGB_130492
Photo: Red Bull
News_Puckingwerk2_470x260px_RGB_Newsseite_130467
News_Mo_Ma_Bu_Moe_470x260px_RGB_Newsseite_130467
News_Ch_Lars_470x260px_RGB_Newsseite_130467
L'ingénieur en construction Lars Budack, sponsorisé par Schöck, a pris part à l'Adventure-Race la plus dure du monde, la course Red Bull X-Alps.

L'ingénieur en construction Lars Budack n'a pas posé pierre sur pierre mais bien un pied devant l'autre lors de la course Red Bull X-Alps, l'Adventure-Race la plus dure du monde, qui s'est déroulée du 7 au 19 juillet. Sponsorisé par Schöck Autriche, Budack s'est lancé dans la course comme nouveau venu et a tenu le coup.

A Salzbourg, 31 athlètes issus de 21 pays ont pris le départ de la course pour s'attaquer à une tâche physiquement et nerveusement éprouvante: se rendre par les airs ou à pied de Salzbourg à Monaco en passant par des points fixes.

Le gagnant, le Suisse Christian Maurer, a réalisé une course fulminante et a parcouru les 1031 km à vol d'oiseau en près de sept jours. Les trois derniers jours, l'écart qu'il avait creusé avec le deuxième était d'environ 200 km.
Dix athlètes seulement ont pu atteindre Monaco, la majorité accusant un retard de 100 à 500 km, et d'autres encore ayant jeté prématurément l'éponge.

Ce n'est pas le cas de Lars Budack qui a tenu bon jusquʼau dernier jour de la course. Ses statistiques sont impressionnantes: au cours des 13 jours de course, Lars Budack a parcouru 2422 km, dont 1756 km dans les airs et 666 km à pied sur les routes et en montagne. En dépit de nombreuses ascensions éprouvantes - il a franchi un total de 58 000 (!) mètres d'altitude, il a enregistré sur terre une vitesse moyenne de 7 km/h sur une durée de 93 heures. Il a volé quasiment dix fois plus vite - en moyenne 69 km/h - pendant un total de 25 heures et a gravi 88 000 m en hauteur.

Une des difficultés de l'événement, en plus de l'effort physique, était les caprices de la météo locale extrêmement changeante: alors que depuis un point donné, un athlète pouvait effectuer un long vol le rapprochant sensiblement du but, un autre moins chanceux se lançant seulement 30 minutes plus tard planait tout juste dans la vallée ou se voyait contraint de renoncer au vol et de continuer à pied en raison de vents contraires ou de nuages faisant leur apparition.

Poursuivi quelquefois par la malchance, Budack n'est pas parvenu à se classer parmi les dix premiers et a dû se contenter d'une 24e place à l'arrivée. Peu après le début de la course, Budack saisissait l'opportunité d'une course nocturne le menant par le col de Gerlos jusqu'à Jenbach dans le Tyrol pour faire de l'avance. De là, il gravissait plus de 1500 mètre, mais des conditions défavorables l'empêchaient de se lancer de la croupe de la montagne. Frustré, il devait redescendre de cette hauteur durement gagnée pour rejoindre la vallée et poursuivre à pied. Après 42 heures sans sommeil et un effort constant, une inflammation du genou apparaissait, mais il a pu reprendre la course dès 5 h du matin après une nuit passée dans le véhicule dʼaccompagnement aux couleurs Schöck...

Quelques jours plus tard, il parvenait à gagner beaucoup dʼaltitude au-dessus de l'Ortler dans le Tyrol du Sud et parcourait une distance impressionnante en vol. Mais en raison dʼun problème dʼaffichage de son système de navigation, il ratait le cinquième tournant obligé de 80 m (!) seulement à Sulden et se voyait infliger une pénalité de 12 heures de pause au cours de laquelle les conditions de vol étaient idéales, ce qui lui a fait perdre de nombreuses places. A la fin de la manifestation le 19 juillet à midi, Budack avait passé Interlaken, le sixième tournant, et terminait la course dans la localité suisse de Kandersteg, proche du Cervin, à 428 km du point cible de Monaco, riche de nombreuses expériences dont certaines douloureuses.

Schöck félicite ce sportif de haut niveau pour ses performances!

Détails relatifs à Lars Budack: www.pararunner.de
Détails relatifs à la manifestation: www.redbullxalps.com