Chercher
Zürich, CH

Aéroport de Zurich

BIL_REF_CH_Zürich-Flughafen_16z9_FHD
Rollhaltebalken_16z9.jpg
BIL_PRESSE_Flughafen_Zürich_16z9_FHD.jpg
BIL_PRESSE_Betonierung_16z9_FHD.jpg
BIL_PRESSE_Bewehrung_Combar_16z9_FHD.jpg

Aéroport de Zurich

Armature spéciale pour plus de sécurité aérienne
Manœuvrer un avion au sol n'est pas plus facile que dans les airs. Les choses vont juste plus doucement. Chaque aéroport d'envergure est composé d'un système complexe de pistes de décollage et d'atterrissage ainsi que de voies de circulation. Des boucles à induction coulées dans le tarmac sont là pour aider à diriger et réguler le trafic aérien.

Comme des feux de signalisation

Bien visibles pour les pilotes, des éclairages au sol appelés les Red stop bars signalent aux pilotes la «ligne rouge» (au sens propre du terme) aux endroits névralgiques. En aucun cas, cette ligne ne doit être dépassée sans l'accord de la tour de contrôle.

Reconnaître les dangers grâce à l'induction

Avant et après les lampes rouges, des boucles à induction logées dans le sol détectent les mouvements des avions. Ces câbles génèrent un champ magnétique qui change dès qu'une masse  dotée d’un champ magnétique propre, dans le cas présent un avion, s'introduit.

Armature en plastique au lieu de l'acier

Pour que ce système ultra-sensible soit fiable, les dalles de béton concernées doivent être équipées d'une armature permanente et non magnétisable. Lors des travaux d'extension de l'aéroport de Zurich, le maître d'œuvre a opté pour l'armature en plastique renforcée à la fibre de verre Combar de Schöck pour ces sections. Près de 25 km de ces barres d'armature se trouvent désormais sous les voies de circulation de l'aéroport de Zurich. Si dans le cas présent, l'acier serait un «élément perturbateur», les barres en fibre de verre ne sont ni magnétiques ni magnétisables, elles ne laissent passer aucun courant et en plus, elles ne rouillent pas. Dans un procédé de construction en deux étapes, des fibres de verre haute résistance sont posées en faisceaux aussi compacts que possible, imprégnés d'une résine de vinyester. On obtient ainsi un matériau résistant et permanent qui de plus, contribue indirectement à la sécurité aérienne comme le montre clairement l'exemple de Zurich.